Lutte contre le chômage: le PS veut que le canton mise sur la formation

Email Print PDF Share on facebook 
Chômage - Inspiré par le succès de FORJAD, le PS demande au Conseil d’Etat de développer une politique active d’accès à la formation professionnelle pour les chômeurs qui n’en ont pas. De quoi trancher avec la politique irresponsable de démantèlement des prestations sur le plan fédéral.
Avec la nouvelle loi sur l’assurance-chômage, combattue par référendum, la majorité bourgeoise s’ingénie à démanteler la protection des salarié-e-s face aux risques économiques là où il conviendrait plutôt de la renforcer ou de simplement mieux l’appliquer.
Alors que notre canton compte environ 20'000 chômeurs, plus de 40% d’entre eux sont sans formation professionnelle. De fait, ces personnes sont les premières victimes de la montée du chômage. Le fait d’avoir une formation certifiée constitue en effet un atout important et garantit un investissement pour l’avenir. Dans le domaine spécifique des jeunes à l’aide sociale, le Conseil d’Etat a lancé le projet interdépartemental FORJAD afin d’orienter ces jeunes sans emploi vers la formation professionnelle. Cette innovation importante a montré des résultats encourageants dont le Département vaudois de l’économie devrait s’inspirer.
Fort de ce constat, Grégoire Junod demande aujourd’hui au Conseil d’Etat par la voie d’un postulat le développement d’une politique active d’accès à la formation professionnelle pour les chômeurs qui en sont dépourvus. La loi fédérale sur l’assurance-chômage permet grâce à des allocations de formation (AFO) de transformer un chômeur ou une chômeuse en apprenti-e mais cette disposition n’est aujourd’hui que peu utilisée, moins de 1% des chômeurs en bénéficiant sur le plan national. Notre canton a tout à gagner d’une main d’œuvre mieux qualifiée qui pourra mieux affronter les risques économiques.
Vous êtes ici: Publications Communiqués de presse 2010 Lutte contre le chômage: le PS veut que le canton mise sur la formation