Fin de la clause du besoin : la droite alourdit les primes-maladie !

Email Print PDF Share on facebook 

Le Parti socialiste vaudois est choqué par le vote du Conseil national de ne pas renouveler la clause du besoin en ce qui concerne l’installation de nouveaux cabinets médicaux privés. Cette décision aura des conséquences financières de plusieurs centaines de millions sur les coûts de la santé et les assuré-e-s vaudois verront leurs primes-maladie croitre de plusieurs dizaines de francs par mois ! Un vrai scandale au nom du dogmatisme libéral.

La droite a rapidement donné le ton au Parlement fédéral suite aux élections d’octobre dernier : ultra majoritaire, elle va défendre des intérêts particuliers contre l’intérêt général. Le refus de renouveler la clause du besoin en ce qui concerne les installations de nouveaux cabinets médicaux privés est des plus choquants. Les conséquences financières pèseront très lourds sur la facture de la santé et, au final, ce sera aux assuré-e-s de payer !

Ce vote est d’autant plus scandaleux que l’Observatoire suisse de la santé a rendu, en 2015, un rapport détaillé sur les effets de la levée de ce moratoire sur l’installation des médecins en cabinet privé. Cette levée, qui a eu lieu entre janvier 2012 et juin 2013, a entraîné une forte augmentation de médecins spécialistes, uniquement dans les villes et a encouragé une forte immigration de médecins. De même, elle n’a eu aucun effet sur le nombre de médecins de premier recours ni sur une meilleure répartition ville-campagne. Elle ne permet dès lors d’atteindre aucun objectif un tant soit peu utile pour la population. Pire, elle a entrainé une très forte augmentation des coûts de la santé.

Au final, l’impact de cette réforme coutera des centaines de millions de francs, qui se reporteront inévitablement sur les factures des assuré-e-s. Pour les Vaudois-es, cette augmentation sera de plusieurs dizaines de francs par mois par personne. Pour une famille avec 2 enfants, c’est un bon demi-millier de francs par année.

Alors que le parti socialiste cherche des solutions pour limiter les coûts de la santé, propose des modèles qui permettent de redonner du pouvoir d’achat à la population, la droite du Parlement charge encore plus la barque. Elle démontre immédiatement que cette législature fédérale serait celle d’un virage à droite toute, d’un libéralisme à tout crin, dont les effets seront désastreux pour les classes moyennes et modestes de ce pays. Le vote des parlementaires PLR et UDC vaudois, quasiment unanimes pour la suppression de cette clause du besoin, est doublement choquant sachant que les Vaudoises et les Vaudois sont particulièrement frappé-e-s par des primes très hautes et que la société vaudoise de médecine était favorable à son maintien.

Vous êtes ici: Publications Communiqués de presse 2015 Fin de la clause du besoin : la droite alourdit les primes-maladie !