Service public

1

Elargir le service au public

Les administrations et entreprises publiques doivent être facilement atteignables pour toute la population. Pour cela, de nouveaux modes de fonctionnement et d’organisation doivent être mis en place en fonction de la prestation et de la population cible. Ceux-ci comprennent entre autres la cyberadministration, des horaires d’ouverture accrus (par exemple, entre 12h et 14h et un soir par semaine jusqu’à 19h00), des possibilités de rencontre à distance (type skype), sur rendez-vous hors horaire voire à domicile dans certains cas.  Ces modifications doivent se faire dans le respect des conditions de travail, en partenariat avec les syndicats et selon un tournus entre les collaborateurs.

Par ailleurs, il est essentiel de favoriser la décentralisation des services en créant des antennes ou des points d’information pour les services principaux de l’Etat dans les structures cantonales ou communales locales déjà existantes.

2

Garantir un service public fort

Assurer un service public fort, garantissant à la population des prestations accessibles et de qualité et des conditions de travail correctes.

À l’heure où certaines voix réclament l’abandon de tâches régaliennes en mains de sociétés privées (agents de sécurité privés, absence de contrôles des cliniques privées contribuant pourtant à l’accroissement des coûts de la santé, entreprises de nettoyages, etc.), il y a lieu d’assurer un service public fort, garantissant des prestations de qualité au public et des conditions de travail correctes.

Afin d’éviter des externalisations néfastes en terme de conditions de travail et de salaire sans pour autant que les coûts ne baissent, l’Etat examine la création de son propre service de sécurité et de son propre service de nettoyage à qui il confierait les missions actuellement attribuées à des sociétés privées (surveillance et nettoyage des bâtiments publics).

Il encourage les communes à en faire de même et les associe à cette démarche. Dans l’intervalle, l’Etat effectue avec les autorités compétentes un contrôle renforcé des conditions de travail dans ces entreprises, privilégie les entreprises s’approchant le plus des conditions de travail de l’Etat et développe des formations continues pour leurs salarié-e-s.

3

Lutter contre toute fermeture de bureaux de poste

En cas de projet de fermeture, prendre en compte l’avis des usagers et donner à la commune un droit de veto selon les opinions recueillies.

Si le nombre de lettres envoyées par la poste diminue, la livraison de colis, du fait notamment du développement de la vente en ligne, est en forte augmentation. Lors de projets de fermeture, regroupement ou ouverture de bureaux de postes, l’avis des usagers sera pris en compte via une consultation de la population et la possibilité pour la commune d’émettre un droit de veto selon les opinions recueillies.

À chaque fois que la décision de la Poste n’est pas appropriée, le PS continue à lutter contre la fermeture ou le regroupement de nouveaux bureaux de poste.

4

Redynamiser les fusions de communes

La réorganisation de la structure communale est en panne depuis quelques années. Le PSV propose de redynamiser ce processus en impliquant davantage les communes. Avec l’aide des préfets, les communes s’organisent dans des régions d’étude. La population s’exprime dans une votation consultative afin de déterminer les périmètres des projets de fusions. Le Canton met à disposition les moyens financiers nécessaires pour constituer les nouvelles entités sur des bases solides.

5

Garantir l’accessibilité des services publics

L’Etat doit procéder à un inventaire d’accessibilité de ses infrastructures et services afin d’identifier et d’éliminer les obstacles à la pleine participation sociale des citoyen-ne-s en situation de handicap – et quel que soit le type de handicap (physique, psychique, mental, sensoriel). Un dispositif de suivi doit être mis en place qui devra concerner également les manifestations soutenues par le canton. Comme employeur, le canton doit aussi mieux former ses employé-e-s aux questions de l’accessibilité universelle (accueil, accompagnement, communication, accessibilité au milieu construit, etc.), et se montrer exemplaire en termes d’embauche et de maintien à l’emploi des personnes en situation de handicap.

6

Lutter contre les bas salaires aussi dans le service public

Il est de plus en plus difficile de vivre avec un salaire modeste et les collectivités publiques se doivent de montrer l’exemple. Ainsi, l’Etat garantit à son personnel et à celui des organismes subventionnés un salaire minimum de 4000.-/mois 13x.

7

Défendre les services publics contre les multinationales et condamner fermement les traités TTIP / TiSA / TAFTA

Les accords TiSA en négociations secrètes entre les principaux pays industrialisés menacent directement les services publics. Ils ne permettront plus aux collectivités publiques de définir leurs règles du jeu et provoqueront la libéralisation de pans entiers de prestations à la population. Ces prestations sont donc menacées, mais aussi les conditions de travail des salarié-e-s concerné-e-s. Le PS s’engage pour que le canton devienne une « zone hors TTIP/TISA/TAFTA » et rejoigne ainsi les nombreuses régions et villes qui s’opposent à la signature de ce traité.

8

Défendre le service public dans les médias

Même si l’enjeu est national, les risques pour la Suisse romande et, partant, pour le Canton de Vaud, sont grands que les médias de service public (Radio et télévision nationale) soient démantelés, ce qui serait catastrophique en termes de cohésion nationale, d’information et surtout d’emploi au niveau local. Il faut dès lors évaluer la possibilité d’un soutien direct ou indirect cantonal, complémentaire à l’aide à la presse, aux différents médias qui composent la diversité du paysage médiatique régional et local, si possible dans le cadre d’une collaboration intercantonale.

Télécharger le programme PDF
mobilite securite sante environnement international formation logement famille service-public egalite emploi culture innovation agriculture