Mobilité

1

Améliorer les transports publics

Atteindre le RER au quart d’heure entre Cully et Cossonay-Penthalaz et une cadence à la demi-heure pour toutes les autres lignes.

Pour le RER au quart d’heure, l’objectif est, fin 2020, d’avoir un premier tronçon avec cette fréquence, entre Cully et Cossonay-Penthalaz.

Pour toutes les autres lignes, la perspective est d’atteindre la cadence à la demi-heure et la suppression des transbordements.

A la fin de la législature, cela se concrétise par une cadence au quart d’heure et quelques nouvelles lignes avec une cadence à la demi-heure (Broye) ou sans transbordement (Avenches, Vallée de Joux). Le maillage complet entre le RER vaudois et le RER Valaisan doit être un objectif à atteindre pour garantir une cadence à la demi-heure à Bex.

La poursuite du développement des transports dans les agglomérations du canton qui regroupent une immense majorité des emplois vaudois, est une priorité en termes de mobilité. Enfin, il s’agit de soutenir et développer les transports régionaux comme les lignes ferroviaires secondaires et les réseaux de bus régionaux qui permettent de rejoindre le réseau CFF.

2

Supprimer les points noirs du réseau routier

Améliorer certains tronçons du réseau autoroutiers et éviter que les goulets d’étranglements ne deviennent un enfer pour les automobilistes et les riverains.

Certains tronçons du réseau autoroutiers doivent être assainis et améliorés. Des investissements sont nécessaires pour éviter que les goulets d’étranglements ne deviennent un enfer pour les automobilistes. Sans opposer les modes de transport, il faut néanmoins être prudent quant à l’augmentation de capacité des autoroutes, qui doit être le plus raisonnable possible et il ne doit en aucun cas en résulter une hausse de la circulation à l’intérieur même de l’agglomération. Dans celle-ci, les divers projets de transports publics et de mobilité douce doivent être poursuivis et amplifiés.

3

Promouvoir le vélo

Dans le canton, moins de 3% des pendulaires utilisent le vélo pour se rendre sur leur lieu de travail alors que la moyenne nationale se situe à 9 % 10%. Le vélo a un potentiel de développement immense, spécifiquement pour les déplacements de courtes distances.

Pour favoriser l’utilisation du vélo, la stratégie cantonale de promotion du vélo doit être fortement renforcée, notamment:

  • en augmentant le financement cantonal prévu dans les périmètres des agglomérations, afin d’encourager le développement du réseau des pistes cyclables et des bandes cyclables et l’assainissement des lieux de danger et des principaux points d’accident;
  • en favorisant les initiatives visant à construire des parkings vélos autour des édifices publics, des entreprises et des habitations;
  • en promouvant « une culture du vélo » dès le plus jeune âge, notamment en soutenant des actions de sensibilisation au vélo auprès des enfants comme bike2school.
4

Développer une politique de stationnement à l’échelle des agglomérations

Cesser d’attirer les voitures dans les centres-ville et se doter d’une politique de stationnement cohérente en misant sur les alternatives : aujourd’hui, les P+R coûtent cher alors que leur impact est limité par une offre privée souvent plus proche des centres. Il faut donc repenser la politique de construction de parkings-relais au niveau de l’agglomération, et la lier à une révision des normes concernant les places de parc dans les projets de construction en ville.

Télécharger le programme PDF
mobilite securite sante environnement international formation logement famille service-public egalite emploi culture innovation agriculture