Économie et innovation

1

Renforcer les allocations d’initiation au travail afin d’augmenter la réinsertion professionnelle

L’allocation d’initiation au travail permet aux employeurs d’engager des chômeurs dont la mise à niveau dans l’entreprise nécessite une période de formation. Durant cette période, l’assurance chômage supporte en moyenne 40% du salaire pour les bénéficiaires de la Loi sur l’assurance-chômage (50 % pour les personnes de 50 ans et plus) et 80% du salaire pour les bénéficiaires du Revenu d’insertion. Le PSV propose de faire davantage la promotion de cette mesure auprès des employeurs du canton, principalement dans les secteurs où la requalification ou la formation continue est possible. Le PSV souhaite que cette mesure s’applique également aux bénéficiaires des PCFamilles.

2

Des nouvelles technologies au service du bien commun

L’économie numérique ne doit pas être une occasion de reporter tous les risques économiques sur les salariés en les transformant de fait en (faux) indépendants. De bonnes conditions de travail, un assujettissement à toutes les cotisations sociales et une soumission à la règlementation du travail en vigueur dans la branche concernée doivent être garanties. L’économie dite « du partage » doit être envisagée de façon fondamentalement différente selon qu’elle s’oriente sur le profit privé ou au contraire sur une logique coopérative, associative et sociale. Réussir la transition numérique implique de:

  • Maintenir et adapter les normes aux nouvelles pratiques, en évitant les vides et la déréglementation de fait, que ce soit quant à la protection des travailleurs ou quant aux aspects fiscaux.
  • Garantir des formations de base et des perfectionnements pour l’accès de chacun aux compétences et connaissances numériques de base, indépendamment de l’âge
  • Encourager le partage ou le financement participatif rendu possible par les nouveaux moyens de communication
  • Protéger les salariés des risques liés à la disponibilité permanente dans le cadre professionnel. Reprendre la main sur les déréglementations liées aux nouvelles technologies
3

Créer une stratégie numérique cantonale

Garantir que toute la population puisse profiter de l’évolution technologique et moderniser le fonctionnement de l’administration, notamment en offrant davantage de prestations en ligne.

En effet, le PSV estime qu’il est important que le Canton se dote d’un agenda numérique cantonal recensant les occasions et risques des nouvelles technologies dans le canton, ainsi que des mesures pour les encourager. Le PSV souhaite également réduire la « fracture numérique » en garantissant à toutes et tous : un accès à internet mobile et fixe performant, un soutien à l’acquisition des compétences nécessaires à l’utilisation des technologies de l’information et de la communication (TIC) et le maintien d’une alternative physique aux prestations publiques disponibles en ligne. Pour ce faire le PSV propose de créer un « délégué aux affaires numériques » au sein de l’Etat de Vaud. Celui-ci sera notamment chargé d’établir la vision de l’économie numérique à l’horizon 2020 qui traitera par exemple de : la formation scolaire et professionnelle dans le domaine numérique, la cybersanté, la distribution intelligente d’énergie, la protection de la vie privée, l’accès libre aux données de l’Etat et les réglementations liées aux entreprises Internet.

4

Créer un fonds de soutien à l’économie locale

Il est important que le Canton soit à l’avant-garde lorsqu’il s’agit de développer l’économie réelle. L’économie sociale et solidaire, sous diverses formes, permet à la fois de fournir des prestations de qualité à de bonnes conditions, tout en promouvant des modes de gouvernance participatifs. Il faut soutenir le développement de l’Economie Sociale et Solidaire, car la concurrence avec des acteurs déjà établis peut sinon rendre difficile l’émergence de nouveaux modèles d’organisation.

Un fonds cantonal de soutien devrait être créé et géré en partenariat avec des acteurs de l’économie, pour le lancement et le soutien actif d’organisations à but économique et lucratif. Par exemple, ce fonds devrait permettre de soutenir les activités des entreprises à but social ou des coopératives, mais aussi les petites entreprises (TTPE) dont le prêt de montants peu importants pour démarrer une activité indépendante est de moins en moins assurés par les milieux bancaires. Le Canton soutient les instituts de micro-crédit et demande à ses partenaires institutionnels (par exemple, Retraites populaires, BCV) d’en faire de même.

5

Renforcer les mesures contre la soustraction et la fraude fiscales

Renforcer sérieusement l’efficacité de la lutte contre la fraude fiscale en augmentant le nombre d’inspecteurs fiscaux d’au moins 10%.

En effet, le scandale des Panama Papers a une nouvelle fois démontré que des moyens financiers considérables sont cachés aux fiscs du monde entier. Le PSV propose d’augmenter le nombre d’inspecteurs fiscaux d’au moins 10% durant la prochaine législature.

6

Poursuivre l’augmentation des montants prévus par les forfaits fiscaux

Le PS est convaincu qu’une meilleure redistribution des richesses est essentielle à l’avènement d’une société égalitaire et a combattu les forfaits fiscaux l’an dernier avec l’initiative fédérale, qui a malheureusement échoué dans les urnes. Le PSV propose de poursuivre l’augmentation des plafonds prévus par les forfaits fiscaux dans le but que toutes et tous participent plus équitablement aux finances publiques.

7

Soutenir l’aide à l’innovation et à l’entrepreneuriat d’une manière responsable

Les TPE et PME sont des piliers de l’économie cantonale. Alors que les cycles économiques se raccourcissent, ces entreprises doivent faire face à de nombreuses difficultés afin de pérenniser leur activité et de se développer. Le PSV soutient une politique d’aide à l’entrepreneuriat, comprenant l’aide aux startups, à l’innovation et aux projets de développement des entreprises. En même temps, le PSV souhaite garantir que cette aide ait des retombées positives sur l’économie réelle, notamment en termes d’emploi et de fiscalité.

Pour ce, le PSV souhaite :

  • soutenir une innovation qui ne soit pas uniquement basée sur la technologie ;
  • soutenir des développements qui maintiennent ou créent de l’emploi effectif dans le canton ;
  • soutenir des développements compatibles avec une répartition juste du pouvoir économique et qui maintiennent ou créent de la richesse pour tous les acteurs de l’entreprise ;
  • ne pas soutenir des entreprises dont l’écart salarial entre genres est de plus de 5% ;
  • ne pas soutenir des développements et des technologies qui peuvent avoir des débouchés dommageables aux règles en vigueur en ce qui concerne la qualité de l’emploi, de la fiscalité, ou de l’environnement ;
  • assurer et simplifier l’accessibilité aux aides, rendre transparentes les conditions d’octroi; assurer la transparence de l’utilisation effective des fonds d’aide à l’innovation ; éviter que ne se crée un réseau de privilégiés ;
  • octroyer des aides d’accompagnements autant que financières dans un esprit de formation ; opter pour des méthodes qui forment des employés à l’entrepreneuriat et à l’innovation afin d’avoir des retombées positives au-delà du projet spécifique de l’entreprise ;
  • Conditionner ces aides à la création ou au respect d’une convention collective de travail (CCT) signée avec une organisation syndicale reconnue.
Télécharger le programme PDF
mobilite securite sante environnement international formation logement famille service-public egalite emploi culture innovation agriculture