Formation et recherche

1

Renforcer la maîtrise de classe

Donner davantage d’heures aux titulaires de la maîtrise de classe pour améliorer le suivi des élèves, notamment ceux en difficulté pour éviter le décrochage scolaire. 

La LEO a modernisé l’école vaudoise avec la création de la voie générale et son enseignement en niveaux, tout en facilitant la perméabilité avec la voie prégymnasiale. Cette nouvelle situation a favorisé les progrès des élèves et faciliter leur évolution. Par contre, la création de groupes de niveau et d’options a rendu plus complexe, la tâche du maître de classe et l’encadrement des élèves les plus fragiles. En effet, le titulaire de la maîtrise de classe a moins de périodes avec sa classe. Cela pose de nombreux problèmes dans le suivi des élèves, en particulier pour les élèves en difficulté. En outre, cela rend la construction de la cohésion d’une classe ou le travail autour de projets très ardue. Le PSV propose de donner davantage d’heures aux titulaires de la maîtrise de classe, notamment en améliorant l’organisation des groupes, en simplifiant le système d’options et en étudiant des aménagements de la grille horaire. Il préconise également un dialogue accru avec les organisations syndicales.

2

Renforcer l’accès à la formation pour les adultes par l’acquisition de compétences de base et la certification professionnelle

Augmenter le nombre de métiers pouvant faire l’objet d’une valorisation des acquis d’expérience, en priorité dans les métiers à forte demande et à faible certification, et renforcer les mesures de préparation à la certification, notamment en matière de compétences de base.

Le PSV salue les mesures déjà en place dans la certification professionnelle des adultes, notamment pour rendre plus attractives les procédures de qualification et l’ouverture d’un portail d’orientation.

En vue d’améliorer l’offre, il s’engage à :

  • augmenter le nombre de métiers pouvant faire l’objet d’une valorisation des acquis d’expérience, en priorité dans les métiers à forte demande et à faible certification
  • renforcer les mesures de préparation à la certification, notamment en matière de compétences de base (en lien avec l’entrée en vigueur prochaine de la loi fédérale sur la formation continue)

Le PSV veillera également à garantir le financement des mesures de certification des adultes en fonction de la demande qui va probablement augmenter suite aux actions de promotion menées lors de la dernière législature.

3

Simplifier l’accès à l’information scolaire pour les parents

Créer un « guichet parents  » en ligne pour avoir des informations sur leur enfant (par exemple, concernant les résultats scolaires, les accès à l’emploi du temps, l’annonce d’absence, etc.).

En effet, le PSV estime qu’il est important de simplifier la vie des parents dans leur contact avec l’administration scolaire. A l’instar de certains services de l’Etat, l’école doit offrir un accès très simple grâce aux outils informatiques pour améliorer son accessibilité et faciliter les démarches les plus usuelles. Le PSV propose la création d’un « guichet parents » en ligne pour leur permettre de prendre connaissance des résultats scolaires, d’accéder aux contenus des devoirs à domicile, pour informer des absences, pour solliciter les congés, pour accéder à l’emploi du temps de leur enfant ou pour faciliter la mise à jour des données administratives, par exemple.

4

Améliorer la transition entre formation et emploi

Améliorer la transition entre l’apprentissage et le premier emploi, par exemple, en organisant des rencontres entre les apprenti-e-s diplômé-e-s et les employeurs ou des ateliers pour aider des jeunes plus en difficulté dans leurs recherches. 

L’accès à la formation professionnelle dès la fin de l’école obligatoire a été grandement amélioré. Approche du monde professionnel, bourse de l’apprentissage ou mesures de la transition y ont grandement contribué. Si ces mesures montrent leur efficacité, il s’agit désormais d’améliorer la transition entre l’apprentissage et le premier emploi, par exemple, en organisant des rencontres entre les apprenti-e-s diplômé-e-s et les employeurs ou des ateliers destinés à accompagner les postulations de jeunes plus en difficulté dans leurs recherches. Des mesures doivent être également développées durant la poursuite de la formation en partenariat avec les employeurs, les établissements de formation (écoles professionnelles et hautes écoles), les ORP et l’orientation, par exemple par le biais de planification de carrière spécifique dans les écoles professionnelles, d’une collaboration au niveau d’un réseau régional pour la transition 2 ou encore, dans certaines circonstances, en exigeant des écoles professionnelles la mise en place d’un monitoring pour les apprenti-e-s sur le point de terminer leur formation.

5

Entreprise et apprentis

Concernant le soutien et l’encadrement des apprentis en difficulté, un dispositif destiné à éviter les ruptures de contrats d’apprentissage et les échecs aux examens existe déjà. Ces mesures doivent être renforcées par l’octroi de moyens supplémentaires permettant notamment aux commissaires professionnel-le-s d’effectuer au moins une visite par an sur le lieu de formation.

6

Renforcer la citoyenneté dans la formation obligatoire et post-obligatoire

L’enseignement de la citoyenneté est aujourd’hui essentiel afin de former des esprits critiques et de préparer les jeunes citoyen·ne·s de demain à s’exprimer en démocratie. Cet enseignement reste trop ténu dans les horaires de l’enseignement obligatoire et n’existe même pas dans de nombreuses formations du Secondaire II. Le PS considère que renforcer la citoyenneté de la jeunesse est l’assurance de construire une société durablement démocratique et pérenne. Outre une meilleure connaissance des institutions, la citoyenneté nécessite également de favoriser l’organisation de débats contradictoires publics dans les établissements de formation post-obligatoire.

7

Rendre les formations accessibles à tous

La volonté politique de rendre accessibles les formations au plus grand nombre en levant les obstacles financiers est devenue une réalité, les bourses d’études et d’apprentissages vaudoises étant les plus importantes de Suisse. De plus, les projets destinés à favoriser l’accès aux études aux jeunes sans formation portent leurs fruits et sont souvent cités en exemple. Cet investissement est vital pour l’avenir de ces jeunes, mais également pour celui de notre canton et ses entreprises qui ont besoin de personnel formé.

Le PSV propose d’augmenter la capacité de traitement des demandes de bourses pour réduire le temps d’attente des décisions et il s’engage à maintenir les prestations et à les faire évoluer pour qu’elles soient constamment adaptées aux conditions du marché de la formation. Il s’engage en outre à assouplir les conditions d’indépendance financière qui ont été durcies lors de la dernière révision de la loi.

8

Etudier dans des établissements à taille humaine et répartis sur l’ensemble du canton

La démographie actuelle met une forte pression sur le système de formation. Le canton peut notamment agir sur la situation des gymnases vaudois et des écoles professionnelles qui voient leurs effectifs augmenter. Après l’ouverture du gymnase de Renens, le PSV soutient la planification qui vise à ouvrir de nouveaux établissements à taille humaine dans différentes régions du canton (Aigle, Echallens et Rolle) en complément aux établissements existants. Cela permet de renforcer le service public dans des régions moins bien dotées et évite la création d’énormes centres d’enseignement dans les grandes agglomérations. La dynamique démographique montre que le rythme doit être accélérer afin de répondre aux besoins en garantissant de bonnes conditions d’études pour les élèves et de bonnes conditions de travail pour les enseignant-e-s. Il s’agit notamment de développer les différents sites dans la Broye (Gymnase inter-cantonal et centre d’enseignement professionnel) et dans le Nord du canton (CPNV).

9

Encourager l’intégration des enfants à besoins particuliers

L’enseignement spécialisé ambitionne d’encourager l’intégration des élèves qui présentent des troubles ou des déficiences. Améliorer la capacité des établissements scolaires à accueillir ces enfants implique un rapprochement des professionnels qui les encadrent et que ceux-ci soutiennent et appuient les familles. Le PSV souhaite que soient développer le repérage des enfants à besoins particuliers, ainsi que l’accès aux prestations de l’enseignement spécialisé, de la logopédie, de la psychomotricité et de la psychologie.

Pour satisfaire ces ambitions, le PSV s’engage pour que les mesures de soutien aux parents et aux établissements fassent l’objet d’une évaluation des moyens à mobiliser et à mettre en œuvre pour les aider dans leur tâche et leur devoir d’accompagnement.

10

Développer le soutien socio-éducatif

Dans de nombreuses écoles, quelques élèves mettent en échec les mesures et les structures existantes tant au niveau pédagogique qu’éducatif. Les enseignant-e-s et les autres acteur-trice-s de l’école sont face à des défis importants et doivent être appuyés dans leur tâches afin d’offrir un meilleur encadrement socio-éducatif.

Les enseignant-e-s sont souvent démunis pour faire face à ces situations. Le canton doit soutenir activement les dispositifs que les établissements définiront pour renforcer l’encadrement socio-éducatif en appui au travail du corps enseignant (développement personnel, gestion de la violence, présence de personnel éducatif en soutien dans les écoles,…).

Télécharger le programme PDF
mobilite securite sante environnement international formation logement famille service-public egalite emploi culture innovation agriculture