Famille et société

1

Instaurer un congé paternité

Mettre en place un congé paternité cantonal de 20 jours pour permettre aux pères de jouer un rôle actif auprès de leur épouse ou compagne lors des premiers mois de vie de leurs enfants.

Concrètement ? L’assurance maternité a reçu sa base constitutionnelle en 1945 déjà. Mais ce n’est qu’en 1991, lors de la grève des femmes, qu’une nouvelle campagne soutenue par la Conseillère fédérale socialiste Ruth Dreifuss est relancée. PS en tête, les organisations féministes obtiennent en 2004, au niveau fédéral et après 60 ans de lutte, l’instauration de l’allocation maternité inscrite dans la logique des allocations pour perte de gain. Dans cet état d’esprit et dans la continuité de nos combats, nous souhaitons l’instauration, au plan fédéral, d’un congé parental qui permettra aux mères et aux pères de se partager équitablement les  tâches éducatives lors des premiers mois de vie de l’enfant. Dans cette attente, et afin de permettre aux pères de jouer un rôle actif auprès de leur épouse ou compagne lors des premiers mois de vie de leurs enfants, nous souhaitons l’instauration d’un congé paternité de 20 jours, financé par un fond mixte, alimenté par le canton et les entreprises. Ce même fonds doit permettre aussi un prolongement du congé maternité de 2 semaines afin de compléter les dispositions minimales du niveau fédéral. Un conditionnement de cette prestation avec la prise du congé paternité est imaginable. Cela constituerait un véritable gain en matière d’égalité. Les cantons romands et notamment le canton de Vaud, ont toujours joué un rôle moteur dans les avancées sociales et progressistes. A nous de faire le premier pas.

2

Concilier vie privée / vie familiale / vie professionnelle

Poursuivre le développement des places d’accueil de jour préscolaires et parascolaires dans tout le canton et inciter les employeurs à mettre en place des mesures permettant de concilier travail et famille (par ex. temps partiels, job sharing, annualisation du temps de travail).

L’arrivée d’un enfant (naissance ou adoption) est un événement majeur dans la vie d’un couple. Or, aujourd’hui encore, bien des difficultés attendent les jeunes parents. Dans plusieurs régions de notre canton, nombre de places d’accueil manquent encore. Il s’agit de continuer à soutenir les communes et garantir des conditions cadres pour développer les structures préscolaires et parascolaires en suffisance et accessibles financièrement. Chaque parent doit pouvoir travailler avec un système de garde adéquat et rassurant.

Concrètement ?

  • Places d’accueil
    Continuer de soutenir le développement des places d’accueil de jour préscolaires et parascolaires en suffisance sur tout le territoire cantonal, en visant la création d’au moins un nombre de places correspondant à la moitié du nombre d’enfants de la tranche d’âge concernée (normes OCDE) avec le soutien renforcé du Canton;

 

  • Accessibilité financière
    Améliorer l’accessibilité financière en soutenant spécifiquement, en plus du dispositif normal de financement des places d’accueil, les réseaux qui font un effort particulier pour rendre leurs tarifs accessibles aux classes moyennes et populaires, en complément du projet fédéral allant dans le même sens;

 

  • Conditions de travail
    Inciter l’administration et les entreprises à mettre en place des mesures permettant de concilier travail et famille : postes à temps complet mis au concours à 80% /100% ; annualisation du temps de travail, job sharing et top sharing ; etc.
3

Ajouter des crèches lors des constructions d’EMS

Lors de la construction d’un nouvel EMS public, le PS propose de favoriser la construction conjointe d’une crèche. Cette mesure, en plus de pallier la pénurie de places en crèche, renforce le lien intergénérationnel de manière directe afin de réaliser le « vivre ensemble ». Des expériences similaires ont déjà démontré que les interactions entre les enfants et les aînés sont sources d’apprentissage et de confiance en soi pour les deux générations. Enfin, cela permet de concentrer les structures poursuivant un but d’intérêt public.

4

Prévenir le surendettement

Augmenter la prévention dans les écoles et faire appliquer rapidement l’interdiction de la publicité agressive en matière de crédit.

La pauvreté est souvent liée à un cercle vicieux qui s’installe dès la jeunesse par de petites difficultés qui s’accumulent. Sachant qu’un quart des jeunes entre 16 et 25 ans dépensent plus d’argent qu’ils ne peuvent se le permettre; que 80 % des jeunes endettés l’ont été pour la première fois avant l’âge de 25 ans; que 85% des jeunes entre 14 et 24 ans considèrent le shopping comme une part importante de leurs loisirs et que 33% de la population a tendance à ne pas pouvoir contrôler son comportement en matière d’achat, il est primordial d’agir par une politique publique courageuse.

Pour ce faire, nous proposons un plan d’action sur trois niveaux :

  • Prévention
    Augmenter les mesures de prévention générale dans les écoles et les centres de formation. Cela serait l’occasion d’expliquer aux jeunes les dangers relatifs à l’endettement, les cercles vicieux qu’il peut entraîner et les noms des organismes qui peuvent les aider à s’en sortir;

 

  • Interdiction des publicités agressives
    Veiller à une stricte et rapide application de l’interdiction fédérale de la publicité agressive;

 

  • Programme de désendettement
    Financer des programmes de désendettement pour les jeunes demandeurs de tels aides.
5

Instaurer le droit de vote cantonal pour les étranger-ère-s

Environ 34% de la population vivant dans le canton n’a que très peu de possibilité d’influencer les décisions d’intérêt général, même si elles peuvent avoir un impact important sur leur propre existence. Après trois législatures de droit de vote sur le plan communal, le PS juge nécessaire de faire les démarches pour étendre ce droit au plan cantonal en reprenant les conditions qui régissent le droit de vote au niveau communal.

6

Encourager à la naturalisation

Au vu de la révision de la loi sur la nationalité qui entrera en vigueur le 1er janvier 2018, et qui ne permettra plus aux titulaires de permis B d’accéder à la naturalisation, il y lieu d’introduire un programme visant à sensibiliser les communautés étrangères sur le processus de naturalisation et d’en faciliter l’accès par des procédures financièrement accessibles et plus rapides.

7

Créer un centre de compétences pour les questions d’orientation sexuelle et d’identité de genre

La population LGBT du canton peut compter sur le remarquable travail des associations sur son territoire. De plus, il est important de contribuer à l’amélioration de l’accès aux prestations de soutien et aux activités de socialisation mises en place par des acteurs variés. À cette intention, le PSV souhaite l’ouverture d’un centre communautaire vaudois accessible aisément, qui regroupe plusieurs organisations, sur le modèle de l’Inter-LGBT de Paris, vu la difficulté de trouver des locaux adéquats dans les communes.

En outre, pour mieux cibler les demandes des jeunes LGBT, le PSV estime qu’il convient de contribuer au développement des connaissances sur les populations en situation de vulnérabilité.

8

Favoriser les initiatives de solidarité émanant de la société civile

Les habitant-e-s de notre canton sont nombreuses et nombreux à avoir été touché-e-s par la gravité de la crise internationale de l’asile et des initiatives de solidarité ont émergé, nombreuses, dans plusieurs endroits du canton. Persuadé que ce type d’initiatives est la clef pour favoriser l’intégration des migrant-e-s et dépasser les a priori, le PS les encourage et incite les autorités locales à les soutenir.

9

Une politique de renvoi adapté

Dans le cadre de la nouvelle loi sur l’asile, et malgré les moyens de pression supplémentaires donnés à la Confédération, le PSV continuera d’œuvrer pour un usage proportionné et limité des mesures de contrainte en cas de renvoi lié à une demande d’asile. Les protections légales et les critères en vigueur faisant en sorte que ces mesures s’appliquent en priorité aux personnes ayant commis des délits, que les femmes et les enfants ne sont pas soumis à la détention administrative et que les locaux du service de la population ne sont pas des lieux d’appréhension des personnes devront être maintenus, comme la priorité donnée aux mesures visant un départ volontaire quand celui-ci est lié à une décision définitive et exécutoire. Enfin, quand les critères d’intégration paraissent réunis, le PSV s’engagera pour que le canton utilise activement la possibilité de demander des permis humanitaires.

10

Garantir la transparence financière en politique

Alors que la Suisse fait partie des rares pays en Europe qui ne disposent pas de réglementation spécifique relative aux partis politiques, ni à leur financement et à celui des campagnes électorales, l’année 2015 et les élections fédérales l’ont démontré une fois de plus, les moyens financiers engagés dans les campagnes de votations et d’élections sont de plus en plus élevés. Dès lors, il est nécessaire de garantir une transparence. Le PS proposera une loi afin que les partis ou comités rendent public leur financement.

Télécharger le programme PDF
mobilite securite sante environnement international formation logement famille service-public egalite emploi culture innovation agriculture