Environnement et énergie

1

Développer la stratégie cantonale de développement d’énergies renouvelables

Créer une loi sur le développement des énergies renouvelables avec un plan directeur qui définit la stratégie du Canton relative au solaire et à l’éolien. 

C’est ce que le PSV souhaite proposer à la population vaudoise. La mise en œuvre sera réalisée par des plans d’affectations cantonaux, ce qui permettra d’avancer sereinement et efficacement sur ce dossier. En outre, la liste d’attente pour avoir accès à la rétribution au prix coûtant (RPC) fédérale pour les projets photovoltaïques est longue et n’incite pas les propriétaires à faire les investissements pourtant nécessaires pour sauvegarder notre planète. Afin d’y remédier, en plus d’accroître la pression sur Berne pour faire accélérer l’attribution des subventions, le Canton doit prolonger la mesure du pont RPC cantonal mis sur pied dans le cadre de la politique « 100 millions pour les énergies renouvelables » pour palier les retards. Les communes devraient être associées à cette prolongation par l’établissement d’un partenariat de financement équitable entre le canton et la commune.

3

Améliorer le bilan écologique des cantines

L’Etat a un rôle important à jouer dans la promotion et de la qualité des mets servis au sein de la restauration collective qu’elle subventionne (réfectoires scolaires, garderie, hôpitaux, CMS etc.). Cette qualité se traduit à travers la traçabilité géographique, le mode de production (part de produits labellisés dans l’assiette), le respect l’équilibre alimentaire et la variation des aliments, notamment ses sources de protéines.

Ainsi, le PSV entend que l’Etat incite fortement les restaurants et cantines vaudoises à participer activement à la réduction de l’empreinte écologique des aliments, via les contrats avec les prestataires externes. Cela peut se faire en imposant une diversification des menus, comprenant une offre renforcée en plats végétariens et en tenant compte des aspects de proximité et de saisonnalité. Il faut de plus exiger dans les appels d’offres pour les cantines scolaires un certain nombre de mesures en faveur du développement durable et de la santé.

4

Mettre sur pied un fonds pour la revitalisation des cours d’eau

Le PSV veut mettre en place un fonds de solidarité affecté au financement de la politique cantonale en matière d’énergie et d’eau, soit 50% pour le soutien financier de l’efficience énergétique et les installations d’énergies renouvelables dans le bâtiment, et 50% pour le financement de la revitalisation des cours d’eau. Le financement passerait par des prélèvements sur les redevances hydrauliques.

5

Développer des programmes d’économie d’énergie et d’efficacité énergétique, en particulier pour les bâtiments publics (exemplarité de l’Etat)

Les bâtiments sont en Suisse les plus gros consommateurs d’énergie avec une part de presque 50% de l’énergie consommée, et les bâtiments de l’Etat n’échappent pas à cette règle. Des mesures doivent être prises, allant des plus simples, comme des petits réglages des installations aux rénovations énergétiques des bâtiments. L’Etat, comme dans d’autres domaines, doit montrer l’exemple, d’ailleurs l’article 10 de la Loi vaudoise sur l’énergie le lui impose. Pour ce faire, le PSV estime que les bâtiments de l’Etat doivent tous entrer dans une démarche d’optimisation des installations de production de chaleur des bâtiments (de type Energo ou équivalent). De plus, tous les bâtiments de l’Etat devraient faire l’objet d’une analyse énergétique de type CECB (ou équivalent). Une planification des rénovations énergétiques des bâtiments de l’Etat, en priorisant les plus énergivores, devrait être entreprise.

6

Soutenir le passage d’une agriculture traditionnelle à une agriculture à production intégrée ou biologique, donc plus respectueuse de la biodiversité

Sensibiliser les agriculteurs à un mode de production plus respectueux de la nature et des hommes, encourager les cours dans ce domaine et poursuivre le soutien financier des mutations de production. 

En effet, l’impact de l’agriculture sur l’environnement, notamment par le biais de l’utilisation de pesticides, engrais et autres micropolluants et largement connu et documenté. Par exemple, l’agriculture conventionnelle est la principale responsable de la pollution de l’eau par des pesticides. La vente de pesticide ne cesse de croître en Suisse, le seul moyen d’inverser la tendance et d’encourager les agriculteurs à passer à un mode de culture biologique, ou au moins en production intégrée (IP Suisse) ce que font par ailleurs de plus en plus de paysans. Pour encourager cette tendance, le PSV propose de sensibiliser les agriculteurs à cet enjeu de pollution, d’encourager et soutenir les cours formant les agriculteurs à une culture biologique respectueuse de l’environnement, ainsi que de poursuivre le soutien financier de ces mutations.

7

Assainir les chauffages électriques directs

Les chauffages électriques directs consomment énormément d’énergie. Le PSV propose un programme spécial cantonal d’aides au remplacement des chauffages électriques directs (conseil, finances, etc.)

8

Maintenir les infrastructures de production et de distribution d’eau et d’énergie en mains publiques et locales

L’eau et l’énergie sont les seuls domaines dans lesquels la Suisse bénéficie de matières premières, via l’exploitation des énergies hydroélectrique, solaire et bientôt éolienne. Or, une situation conjoncturelle difficile conduit actuellement les entreprises énergétiques à se séparer, à vil prix, de nombre de leurs installations de production pourtant parfaitement fonctionnelles. Afin d’éviter que ces biens inestimables ne soient bradés à des capitaux venus d’on ne sait où et contrôlés par on ne sait qui, il incombe aux collectivités publiques de ce pays d’acquérir lesdites installations, de manière à ce que leur gestion reste contrôlée dans l’intérêt du public et localement, de manière aussi à assurer à ces collectivités des revenus dans le futur.

Par ailleurs, le PSV combattra la deuxième étape de l’ouverture du marché de l’électricité et veillera à garder la production et la distribution d’électricité en mains publiques – sous contrôle du canton et des communes. Il interviendra pour que les revenus, et les capacités d’investissement des sociétés électriques publiques soient préservés, voire étendus.

Télécharger le programme PDF
mobilite securite sante environnement international formation logement famille service-public egalite emploi culture innovation agriculture