Agriculture et alimentation

1

Payer correctement le lait et d’autres denrées alimentaires

Concernant le feuilleton interminable du prix du lait, considérant que ce triste jeu a assez duré et fait la fortune des distributeurs et autres gros acteurs laitiers aux détriments des producteurs, le PS demande que le canton utilise son droit d’initiative fédérale pour exiger la mise en place d’un prix minimum au niveau fédéral, rémunérant les producteurs de manière équitable. De manière générale, les denrées alimentaires doivent être payées à un prix qui permette aux agriculteurs de subvenir à leurs besoins.

2

Promouvoir les possibilités de vente directe

Pour permettre aux agriculteurs et producteurs locaux de gagner un juste salaire de leur labeur, il convient de s’affranchir des intermédiaires et de pouvoir procéder à des ventes directes de produits locaux. Le PSV propose de favoriser la constitution de plateformes régionales de producteurs locaux consacrées à la vente directe.

3

Renforcer la charte sociale agricole avec une harmonisation des allocations familiales

Les travailleurs agricoles et les agriculteurs indépendants ont droit aux allocations familiales aux conditions fixées dans la loi fédérale du 20 juin 1952 sur les allocations familiales dans l’agriculture. Or, ces montants sont inférieurs à ceux des autres professions. Le canton de Vaud a créé un dispositif complémentaire (appelé Charte sociale agricole) qui prévoit le cofinancement par la profession et le Canton (2 millions par an) d’allocations complémentaires. Ces compléments ne permettent toutefois pas d’atteindre les montants des autres professions. Le PSV estime que cette inégalité n’est pas acceptable et propose de relever les montants prévus dans la charte sociale agricole afin d’harmoniser le montant des allocations familiales pour toutes et tous.

4

Fixer un taux de prêt favorable de la BCV pour les agriculteurs indépendants en difficulté.

Les agriculteurs indépendants sont souvent étranglés par les intérêts qu’ils doivent rembourser à leur banque. En effet, une exploitation agricole peut exiger par moment des investissements importants pour lesquels des prêts sont obligatoires. Le PSV propose dès lors que la BCV propose un taux de prêt favorable pour les agriculteurs indépendants. Cette mesure sera évaluée et, cas échéant, étendue aux artisans de petits commerces (bouchers, boulangers, etc.).

5

Mettre un terme à l’utilisation du glyphosate

Le canton met sur pied une campagne de sensibilisation auprès de tous les acteurs publics quant à la non-utilisation de glyphosate, campagne ayant deux axes : le premier quant aux dangers du glyphosate pour notre environnement, le second quant à la santé des personnes, et plus largement celles des travailleurs en milieux agricoles et viticoles en relation avec l’exposition aux produits dangereux.

6

Lutter contre la spéculation sur les denrées alimentaires et les matières premières

La spéculation sur les matières premières est en constante augmentation depuis l’explosion d’autres bulles spéculatives, au début du XXIème siècle. Elle impacte très négativement l’économie mondiale, du fait de l’instabilité des marchés qu’elle génère, mais également le niveau de vie des peuples de tous les pays. En particulier les habitant·e·s des pays en voie de développement qui utilisent ces matières premières pour se nourrir, se chauffer et se loger. Les fluctuations incessantes des valeurs boursières ont pour eux des conséquences dramatiques car ces biens représentent la quasi-totalité des dépenses de leur foyer. La spéculation sur les denrées alimentaires est par conséquent la cause de nombreuses famines à travers le monde.

Le PS s’engage à agir au niveau vaudois contre la spéculation sur les matières premières en la proscrivant notamment aux caisses de pension, aux collectivités publiques et à la BCV.

7

Introduire un label Vaud+

Créer un label unique pour les produits agricoles vaudois pour répondre aux demandes des consommateurs, toujours plus soucieux de la qualité et de l’origine des produits, et pour valoriser les producteurs locaux et le respect des animaux. 

L’espace agricole du canton de Vaud est important. Revenir à un approvisionnement local, c’est notamment :

  • Réintroduire les saisons dans ses menus
  • Réintroduire le terroir dans l’alimentation
  • Rechercher la fraîcheur dans l’assiette
  • Faire travailler les producteurs locaux
  • Réduire les gaz à effets de serre

La proximité, la traçabilité et l’équité qui garantissent des conditions de travail justes dans le respect des conventions collectives, doivent être garanties pour les consommateurs.  La fraîcheur, la diversité, le goût des produits, le respect de l’environnement et le refus des plantes et animaux génétiquement modifiés permettraient aux agriculteurs qui répondent à ces objectifs de promouvoir leur produit.

La création d’un label unique pour les produits agricoles vaudois, remplaçant les trois labels actuels, est urgente. Il concernerait tous les produits et engloberait toutes les étapes, de la production à la distribution en passant par la transformation.

Ces dernières années, les responsables des labels en vigueur ont réalisé les contrôles des produits selon le règlement mis en place par l’Office fédéral de l’agriculture, qui a évolué au fil du temps, et qui s’est adapté à la demande. Il est temps de concrétiser cette certification avec un label qui sera la base pour faire démarrer des projets modestes mais aussi plus conséquents et permettre une plus simple visibilité pour les consommateurs-trices.

Télécharger le programme PDF
mobilite securite sante environnement international formation logement famille service-public egalite emploi culture innovation agriculture